DONNER DES EXEMPLES

de répercussion des actions d’une vie sur les suivantes

 

 

 

Oui, Bien ! Mais pour cela, il faudra lire le roman.

 

Cependant, je peux vous donner des exemples cités par Gina Cerminara dans son ouvrage, « De nombreuses demeures » qu’elle a tiré des lectures d’Edgar Cayce. Ces exemples sont abondamment discutés dans son livre et je ne saurais trop vous conseiller de le lire car, exposés dans leur nudité comme ici, ils peuvent paraître d’une grande cruauté. Je n’ai pas ici la place de les commenter. Mon but est seulement de vous intriguer pour que vous approfondissiez ce domaine passionnant qui devrait, au contraire, vous aider à vivre.

 

Un homme aveugle était, dans l’ancienne Perse barbare, le bourreau de sa tribu qui aveuglait les ennemis vaincus avec un fer chauffé au rouge, selon la coutume de l’époque.

Il y a beaucoup à dire sur ce cas qui, notamment, aborde la notion de karma de groupe.

 

A l’époque de Louis XIV, une religieuse sévère, froide et sans indulgence pour les faiblesses humaines se retrouve au XXème siècle à se marier avec un mari froid et sans affection puis à boire excessivement et à mener une vie dissolue.

« Ne jugez pas si vous ne voulez pas être jugé. Car comme vous jugez vous serez jugé. »

 

Un jeune lieutenant souffrant d’un sentiment aigu d’inaptitude professionnelle avait été critique littéraire dans une vie passée  et il s’était montré particulièrement caustique et sans pitié pour tout écrit qui lui déplaisait provoquant doute de soi chez leurs auteurs.

« Comme on sème on doit récolter. »

La critique et la moquerie sont deux causes importantes de karma désagréable.

 

Une femme, deux fois divorcée, se trouvait dans un isolement total. Deux vies auparavant, dans un moment de dépression, elle s’était suicidée abandonnant un mari et deux petites filles.

Par son geste malheureux, elle avait privé son mari et ses enfants de l’amour et des soins dont ils avaient besoin et s’en trouvait maintenant dépourvue elle-même.

 

Une femme belle et pleine de vie est l’épouse d’un homme qui se révèle impuissant. Elle aime son mari mais elle a quelques aventures pour satisfaire ses besoins physiques. Un jour, elle rencontre un ami de jeunesse qui lui avoue son amour depuis toujours. Mais il est marié et elle connaît sa femme qu’elle aime bien. Elle décide de rompre cette liaison pour ne pas faire de tort à ces êtres qu’elle aime. Dans une incarnation en France au temps des croisades, elle avait été mariée avec son mari actuel qui, pour s’assurer de sa fidélité pendant son séjour en terre sainte, l’obligea à porter une ceinture de chasteté. Elle en souffrit tellement qu’elle « prit la détermination d’être libre, à un moment donné, n’importe où et de prendre sa revanche ». 

Ici le mari éprouve la frustration qu’il avait imposée à sa femme. Quant à elle, alors qu’elle est dans une situation parfaite pour se venger de son mari, elle ne le fait pas par loyauté et dévouement effaçant d’un coup le « karma » généré par sa détermination précédente.

 

Un directeur de la couleur dans un studio de cinéma à Hollywood avait exercé une profession artistique dans trois vies antérieures : Décorateur d’intérieur dans le grand temple en Egypte, décorateur de la reine en Indochine, décorateur d’intérieur à la fin de l’époque coloniale en Amérique du Nord.

De nombreux talents actuels ont leur source dans une ou plusieurs vies passées. Souvent ils ne sont que latents et demandent à être reconnus et développés.

 

Un homme à la retraite (ancien gestionnaire dans la marine) manifestait un intérêt dévorant pour les pierres et les gemmes. Il a créé une bourse des gemmes et entretenu des relations avec des tailleurs de pierres et des collectionneurs. Il se trouve que dans ses vies précédentes il avait été Hittite en Terre sainte et fournissait les pierres précieuses qui ornaient les vêtements sacerdotaux puis marchand et caravanier en Perse où il négociait les toiles d’Egypte, les perles de Perse, l’opale, les lapis-lazuli d’Indochine, les diamants et les rubis des villes de l’or puis négociant en eau-de-vie et colifichets pour les Indiens de l’Ohio.

Il n’a pas exploité ses talents anciens professionnellement mais il en a fait son violon d’Ingres.

 

Vous pourrez trouver vous-même de nombreux exemples en lisant le roman « A la vie prochaine ».

 

Retour                                           Haut de page

A LA VIE PROCHAINE   par Bernard ELMIRA

A LA VIE PROCHAINE   par Bernard ELMIRA

Accueil

 

Découvrir

le roman

Découvrir l’auteur

Découvrir le

1er chapitre

Télécharger

le roman

Commander

le livre

Ajouter vos

commentaires